AccueilInvestisseurs|Actualité financière|Chiffre d'Affaires et Résultats Annuels 2009/2010

Investisseurs

Pernod Ricard s’engage à fournir, simultanément et régulièrement, aux actionnaires et investisseurs du Groupe, présents ou futurs, toutes les informations précises et pertinentes leur permettant de mieux appréhender les performances du Groupe.

Chiffre d'Affaires et Résultats Annuels 2009/2010

02/09/2010

Le Conseil d’Administration de Pernod Ricard, réuni le 1er septembre 2010 sous la présidence de Patrick Ricard, a arrêté les comptes de l’exercice 2009/10, clos au 30 juin 2010.

Communiqué de presse

Téléchargez le communiqué de presse icone pdf

Téléchargez la présentation icone pdf

 

82,12 euros 12/07/12 12:09:20    
Croissance interne du chiffre d’affaires (+2%)      
et du résultat opérationnel courant (+4%)
Réinvestissement marketing significatif
Nouvelle étape clé dans le désendettement

  • Chiffre d’affaires : 7 081 M€ (-2%, croissance interne +2%)

  • Résultat opérationnel courant : 1 795 M€ (-3%, croissance interne +4%)

  • Résultat net courant part du Groupe : 1 001 M€ (-1% soit +7% hors effet devises)

  • Résultat net part du Groupe : 951 M€ (+1%)

  • Forte génération de cash : Free Cash Flow courant à 1 160 M€

  • Nette amélioration du ratio Dette Nette(1) / EBITDA (taux de change moyens) : 4,9(2) au 30/06/10 vs 5,4(2) au 30/06/09



Pernod Ricard a réalisé une bonne performance sur l’exercice 2009/10, avec :
  • Un retour à la croissance(3) de son chiffre d’affaires, après un exercice 2008/09 stable(3)
  • Une progression satisfaisante de ses résultats tout en renforçant l’investissement publi-promotionnel derrière ses marques stratégiques
  • Une réduction significative de sa dette de 1 090 millions d’euros, hors écart de conversion

Dans un environnement économique contrasté mais en amélioration globale au second semestre, avec :

  • Une forte croissance dans la plupart des nouvelles économies
  • Une reprise très progressive de la consommation dans un contexte toujours incertain aux Etats-Unis
  • Une situation contrastée en Europe avec quelques signes de reprise mais également l’impact des plans de rigueur
  • Une forte volatilité des devises (en particulier le taux EUR/USD) et des niveaux historiquement bas des taux d’intérêt sur l’EUR et l’USD

 

Chiffre d’affaires 

Le chiffre d’affaires annuel s’élève à 7 081 M€(hors droits et taxes), soit un léger recul de -2%, qui résulte :
  • d’une croissance interne de +2%, avec un fort rebond au second semestre à +9%,
  • d’un effet devises limité à (50) M€, soit -1% sur l’ensemble de l’exercice alors qu’il atteignait (184) M€ à l’issue du premier semestre,
  • et d’un effet périmètre de -3%, principalement lié aux cessions de Wild Turkey, Tia Maria et Bisquit et à l’impact de l’arrêt de la distribution de Stolichnaya.

Les marques du Top 14 (55% du chiffre d’affaires du Groupe), progressent de +2% en volume et de +4% en valeur(3). Deux d’entre elles enregistrent une progression(3) à deux chiffres, Martell (+12%) et Jameson (+12%) et sept autrescontinuent leur croissance(3) avec notamment : The Glenlivet (+7%), Absolut (+6%), Chivas (+5%) et Havana Club (+5%).En revanche, Mumm (-7%) est en recul(3) du fait du marché français du champagne particulièrement difficile en CHR.


Parmi les marques de vins premium prioritaires, la baisse des ventes de Jacob’s Creek (- 5%(3)) reflète notre stratégie de premiumisation sur la marque.

Les 18 marques-clé locales de spiritueux progressent globalement de +4% en valeur(3), avec notamment la poursuite du très fort développement des marques locales de whisky en Inde (Royal Stag à +30% et Blender’s Pride à +22%), mais aussi le retour à la croissance du scotch premium Imperial en Corée du Sud (+12%).
 
Les marques premium(4) représentent 69% du chiffre d’affaires du Groupe sur l’exercice 2009/10, en hausse de un point par rapport à l’exercice précédent.
 
Au 4ème trimestre 2009/10, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 1 755 M€, en augmentation de +7%, soit une croissance interne de +3%, un effet devises de +6% et un effet périmètre de -2%. Ce 4ème trimestre confirme les tendances observées depuis le début de l’année civile 2010 avec : une forte croissance sur les marchés émergents, un rebond sur certains marchés (Russie, Corée du Sud, Duty Free), une reprise progressive aux Etats-Unis, mais des difficultés persistantes en Europe Occidentale, notamment en Espagne, au RU, en Irlande et plus récemment en Grèce. Les ventes du Groupe sur ce trimestre ont été par ailleurs impactées par les anticipations d’expéditions au 3ème trimestre liées aux fêtes de Pâques plus précoces en 2010 qu’en 2009 et à des ventes avant hausses de tarifs ou de droits.

 

Marge contributive du portefeuille

La marge brute (après coûts logistiques) atteint 4 218 M€, en progression de +4%(3), soit une croissance deux fois plus élevée que celle du chiffre d’affaires. Le ratio marge brute / chiffre d’affaires s’améliore très fortement à 59,6% en 2009/10 contre 58,4% sur l’exercice précédent (+115 pdb). Ceci résulte d’un effet mix favorable, des hausses tarifaires (en moyenne +1,8% sur le Top 14) et de la stabilité des coûtants.
Les investissements publi-promotionnels sont en hausse de +5%(3)à 1 262 M€. Comme annoncé, Pernod Ricard a accru significativement les investissements derrière ses marques avec un ratio investissements publi-promotionnels / chiffre d’affaires de 17,8% à comparer avec 17,2% en 2008/09 et 17,9% avant la crise en 2007/08. Les 3/4 des investissements sont concentrés sur le Top 14, qui bénéficie d’un ratio investissements publi-promotionnels / chiffre d’affaires de 24% en 2009/10. Le mix des investissements publi-promotionnels s’est également amélioré en 2009/10, avec une croissance des médias de +11%(3).
 
 
 
 
 
 
 
 
Au total, la contribution après frais publi-promotionnels progresse de +4%(3)  à 2 956 M€ et représente 41,7% du chiffre d’affaires, en hausse de +50 pdb, par rapport à l’exercice précédent.
 

 

Frais de structure

Les frais de structure enregistrent une progression de +3%(3), à 1 160 M€. Hors autres produits et charges, la hausse des frais de structure est limitée à +1%(3), ce qui témoigne des efforts de modération de ses coûts par le Groupe.
Par ailleurs, des renforcements du réseau commercial sur les marchés émergents à fort potentiel ont été réalisés. Au total, le ratio frais de structure  / chiffre d’affaires s’établit à 16,4%, sur l’exercice 2009/10.

 

Résultat opérationnel courant

Le résultat opérationnel courant progresse de +4%(3) à 1 795 M€ et le taux de marge opérationnelle s’élève à 25,4%, contre 25,6% sur l’exercice précédent.
 
Résultat opérationnel courant par région :
  • Croissance interne remarquable de +14% en Asie/Reste du Monde qui résulte notamment du dynamisme de Martell en Chine et des marques locales en Inde, de la reprise de l’activité en Corée du Sud et sur les marchés Duty Free et de la forte croissance en Afrique et au Moyen-Orient.
  • Légère progression (+1%(3)) de la région Amériques, avec une activité globalement stable aux Etats-Unis mais en forte amélioration sur le second semestre. L’Amérique Latine enregistre une bonne progression grâce à Chivas, Absolut et Something Special. La région Amériques est en revanche fortement pénalisée par un effet devises, principalement sur le bolivar vénézuélien.
  • L’Europe hors France a été la région la plus touchée par la crise avec un recul de son résultat opérationnel courant de -3%(3). En Europe de l’Ouest, la situation reste difficile (Espagne, Royaume-Uni) même si certains pays progressent comme l’Allemagne ou la Suède, et si les marchés Duty Free sont en reprise. En Europe de l’Est, la Russie et l’Ukraine enregistrent un bon redressement au second semestre mais la situation est plus difficile sur les marques de vodka locales en Pologne.
  • Bonne progression de +7%(3) enFrance, grâce aux fortes croissances d’Absolut et d’Havana Club et aux bonnes performances de Ricard et des whiskies (Chivas, Ballantine’s, Jameson, Clan Campbell). L’augmentation de la part des marques à fort taux de marge brute et la maîtrise des frais de structure entraînent une hausse significative du résultat opérationnel courant et de la marge opérationnelle.
     
    Sur l’ensemble de l’exercice 2009/10, l’effet devises sur le résultat opérationnel courant s’établit à (58) M€. Il résulte exclusivement de la dévalorisation du bolivar vénézuélien.
    L’effet périmètre de (63) M€ sur le résultat opérationnel courant 2009/10 est principalement lié aux cessions de Wild Turkey et de Tia Maria.
 
 

 

Résultat net courant

Le résultat financier courant est une charge de (497) M€ : (446) M€ correspondent aux frais financiers payés sur la dette auxquels s’ajoutent (11) M€ liés aux frais de structuration du financement et (40) M€ à d’autres charges financières, principalement liées aux engagements de retraite.
L’impôt sur les éléments courants est une charge de (271) M€, soit un taux de 20,9% en ligne avec nos anticipations. Enfin, la part des minoritaires et divers s’établit à (26) M€.
 
Au total, le résultat net courant part du Groupe atteint 1 001 M€, soit un léger recul de -1% par rapport à l’exercice 2008/09. A taux de change constants, il progresse de +7%.
 

 

 

Résultat net

Les autres produits et charges opérationnels non courants s’établissent à (88) M€ avec des moins values nettes sur cessions de (16) M€ (principalement liées aux ventes de Tia Maria et de certains actifs scandinaves et espagnols), des dépréciations d’actifs incorporels de (116) M€ (essentiellement relatives à la marque Kahlua pour -100 M€), des charges de restructuration pour (44) M€ et des autres produits et charges non récurrents pour un montant net global de +88 M€.
Les éléments financiers non courants constituent une charge de (10) M€. Enfin, l’impôt non courant est un produit de +48 M€, principalement lié à la déduction des charges non courantes et à l’impact favorable des évolutions des taux des devises (pertes de changes déductibles).
 
En conséquence, le résultat net part du Groupe atteint 951 M€, en progression de +1% par rapport à l’exercice 2008/09.
 

 

Endettement et coût de la dette

La dette nette au 30 juin 2010 s’établit à 10 584 M€, soit une baisse faciale limitée à (304) M€ en raison d’un écart de conversion très négatif (taux EUR/USD à 1,23 au 30 juin 2010 vs 1,41 au 30 juin 2009).

 

Hors écart de conversion, la baisse de la dette en 2009/10 est très significative (-1 090 M€) avec :

  • une forte génération de Free Cash Flow à 1 110 M€
  • des éléments non récurrents d’optimisation du cash :
  • les cessions (Tia Maria, actifs scandinaves …) pour environ 200 M€
  • un dividende réduit à 0,50 € / action au titre de l’exercice 2008/09
L’évolution du ratio Dette nette / EBITDA montre également que l’exercice 2009/10 a constitué une nouvelle étape importante dans le désendettement du Groupe. Ce ratio, calculé en convertissant la dette en autres devises que l’Euro aux cours moyens de l’exercice (notamment taux EUR/USD à 1,39), est en effet passé de 5,4 au 30 juin 2009 à 4,9 au 30 juin 2010.
 
Le coût moyen de la dette s’est établi à 4,3% sur l’ensemble de l’exercice 2009/10 en nette amélioration par rapport aux 4,8% constatés sur l’exercice précédent. Sur la base des taux d’intérêts actuels, l’objectif pour l’exercice 2010/11 est de maintenir le coût moyen de la dette à un niveau inférieur à 5%.
 
Pour rappel, le Groupe a lancé avec succès en mars 2010 un emprunt obligataire de 1 200 M€.

 

Dividende : 1,34 € / action

Un dividende de 1,34 € / action au titre de l’exercice 2009/10 sera soumis au vote de l’Assemblée Générale du 10 novembre 2010. Compte tenu de l’acompte de 0,61 € / action versé le 7 juillet 2010, cela correspond à un solde de 0,73 € / action.
Comme annoncé, ce dividende correspond au retour à la politique habituelle de distribution en numéraire d’environ 1/3 du résultat net.
 

 

Conclusion et perspectives

Pernod Ricard a démontré sa capacité de résistance face à la crise et a poursuivi sa croissance dans les nouvelles économies, tout en restant fidèle à sa stratégie de premiumisation et en privilégiant les investissements à long terme, avec :

 

  • Une croissance du résultat opérationnel courant supérieure aux objectifs initiaux et un désendettement significatif
  • Une forte croissance de l’activité (+8%(3)) sur les marchés des nouvelles économies
  • Une progression sensible de la marge brute grâce au Top 14, avec un effet prix / mix favorable sur la quasi-totalité des marques-clé
  • Un renforcement des investissements publi-promotionnels derrière les marques stratégiques
Pour Pierre Pringuet, Directeur Général du Groupe : « Notre performance sur l’exercice 2009/10 a été solide et saine. Pour l’exercice 2010/11, nos priorités restent le développement des marques stratégiques premium, la poursuite d’un niveau d’investissement marketing soutenu et le désendettement du Groupe.»
 
Pernod Ricard, conformément à sa pratique, communiquera ses objectifs de résultats pour l’exercice en cours lors de l’Assemblée Générale Annuelle qui se tiendra le 10 novembre prochain.
 
 

(1)     Dette Nette calculée en convertissant la part non libellée en EUR aux taux moyens de l’exercice
(2)     Selon méthode Crédit Syndiqué
(3)     Croissance  interne
(4)     Prix de vente consommateur > 17 USD pour le spiritueux et > 5 USD pour le vin

Retour à toutes les news