AccueilPresse|Actualités et Communiqués|Communiqués de presse|Chiffre d'Affaires et Résultats Annuels 2008/2009

Presse

Pernod Ricard met à disposition des journalistes, et de tous, les informations nécessaires à la bonne compréhension du Groupe et de sa stratégie, ainsi que les outils permettant de suivre son actualité et celle de ses marques stratégiques.

Chiffre d'Affaires et Résultats Annuels 2008/2009

03/09/2009

Forte croissance de l’activité et des résultats avec l’intégration rapide et relutive de Vin&Sprit

Résultat net courant part du Groupe supérieur à 1 milliard d’euros

Désendettement rapide et significatif

Chiffre d'Affaires et Résultats Annuels 2008/2009

- Chiffre d’affaires : 7 203 M€ (+9%, croissance interne stable)
- Résultat opérationnel courant : 1 846 M€ (+21%, croissance interne +4%)
- Résultat net courant part du Groupe : 1 010 M€ (+13%)
- Résultat net part du Groupe : 945 M€ (+13%)
- Baisse du ratio Dette Nette / EBITDA à 5,3(1) au 30 juin 2009

Télécharger le Communiqué (pdf)

 

Le Conseil d’Administration de Pernod Ricard, réuni le 2 septembre 2009 sous la présidence de Patrick Ricard, a arrêté les comptes de l’exercice 2008/09, clos au 30 juin 2009.

Dans un environnement difficile, marqué par une crise économique et financière majeure, Pernod Ricard a réalisé une très bonne performance avec :
  • Une croissance soutenue du chiffre d’affaires, grâce à l’apport d’Absolut.
  • Une très forte amélioration de la marge opérationnelle (résultat opérationnel courant / chiffre d’affaires) qui atteint 25,6% (+250 pdb).
  • Une vive progression du résultat net courant part du Groupe (+13%) confortée par le succès de l’intégration d’Absolut et la maîtrise du coût moyen de la dette.
  • Une forte réduction de la dette et une amélioration significative des ratios d’endettement.

 

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires annuel s’élève à 7 203 M€ (hors droits et taxes), soit une progression de +9%, qui résulte des facteurs suivants :
● une croissance interne très légèrement négative (-0,4%), dans un environnement difficile et en dépit d’un fort déstockage de la distribution.
● un effet devises de - 2% essentiellement lié à la baisse de la livre sterling, du won coréen, de la roupie indienne et du dollar australien.
● un fort effet périmètre de +12%, principalement lié à l’intégration de Vin&Sprit à compter du 23 juillet 2008.

Les 14 marques stratégiques (hors Absolut), reculent de -4% en volume et sont stables en valeur(2). 5 parmi ces 14 marques stratégiques ont poursuivi leur croissance interne en valeur :  Martell (+ 12 %), Jameson (+ 8 %), The Glenlivet (+ 7 %), Mumm (+ 3 %) et Havana Club (+ 3 %). En revanche, Perrier-Jouët (- 11 %) a été fortement impactée par son implantation aux États-Unis où le marché du champagne a été particulièrement difficile. Les ventes de  Montana (- 13 %) reflètent un fort effet de déstockage, alors que la consommation de la marque progresse sur ses principaux marchés.
On peut par ailleurs noter les très beaux succès sur de nombreuses marques locales dont les volumes progressent fortement : Royal Stag en Inde (+22%), Something Special en Amérique Latine (+18%), Wyborowa en Pologne (+17%) et Clan Campbell en France (+8%).

Le chiffre d’affaires additionnel lié à Vin&Sprit atteint 915 M€ sur onze mois et sept jours. Aux Etats-Unis, la marque Absolut est en repli, impactée par une année de transition avec des changements de distributeurs, le déstockage des détaillants et la chute du « on-trade » où la marque réalise une part importante de ses ventes. Absolut confirme en revanche sa forte croissance dans de nombreux autres pays : Espagne, Royaume-Uni, Pologne, Brésil, France, Allemagne, Grèce, Italie, Australie, et gagne des parts de marché.

Au 4ème trimestre 2008/09, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 1 646 M€, en augmentation de +10%, soit une croissance interne de -3%, un effet devises de +2% et un effet périmètre de +11%. Le recul limité à -3%(2) sur ce trimestre, après un troisième trimestre qui avait été fortement impacté par le déstockage des grossistes et des distributeurs à -12%(2), témoigne de la force et de la résistance du portefeuille et du réseau commercial de Pernod Ricard. L’effet devises, devenu positif à +2% sur le quatrième trimestre résulte principalement de la revalorisation du dollar américain et du yuan chinois par rapport au quatrième trimestre de l’exercice précédent.



Forte amélioration de la contribution des marques

La marge brute (après coûts logistiques) atteint 4 208 M€, en progression de +12%, soit 3 points de croissance de plus que celle du chiffre d’affaires. Le ratio marge brute / chiffre d’affaires, s’améliore très fortement, à  58,4% en 2008/09 contre 57,2% sur l’exercice précédent (+120 pdb), principalement grâce aux effets positifs de l’intégration d’Absolut, marque à forte rentabilité, et à l’évolution favorable du cours des devises. La poursuite de la mise en œuvre de la stratégie de valeur sur l’ensemble du portefeuille a permis de compenser  les effets de la hausse de certaines matières premières.

Les investissements publi-promotionnels sont en hausse de + 5% à 1 237 M€. Ceci résulte en particulier de l’apport d’Absolut. Sur le périmètre historique, nous avons réduit nos investissements publi-promotionnels sur le second semestre, en tirant partie de la baisse du coût des médias, de la réduction de l’activité dans le on-trade et des efforts entrepris pour accroître l’efficacité et le ciblage des investissements. Ceci a permis de réduire légèrement le ratio investissements publi-promotionnels / chiffre d’affaires du Groupe à 17,2% en 2008/09 contre 17,9% sur l’exercice précédent, tout en maintenant un fort engagement derrière les 15 marques stratégiques.

Au total, la contribution après frais publi-promotionnels progresse de +15% à 2 971 M€, et représente 41,2% du chiffre d’affaires, en hausse de + 190 pdb, par rapport à l’exercice précédent.



Amélioration du ratio frais de structure / chiffre d’affaires

Les frais de structure enregistrent une progression de +6%, à 1 125 M€, mais sont stables à change et périmètre constants, ce qui témoigne de la gestion maîtrisée de ces frais dans un environnement difficile.
Ceci, combiné à la mise en œuvre accélérée des synergies liées à l’acquisition de Vin&Sprit, permet de réduire de nouveau le ratio frais de structure  / chiffre d’affaires qui s’établit à 15,6%, soit une diminution de - 60 pdb par rapport à l’exercice précédent.

 

Remarquable progression du résultat opérationnel courant

Le résultat opérationnel courant progresse de +21% à 1 846 M€ et le taux de marge opérationnelle s’élève à 25,6%, en amélioration de 250 pdb par rapport à l’exercice précédent.

Toutes les régions ont connu une croissance de leur résultat opérationnel courant :

- Croissance remarquable de +17% en Asie/Reste du Monde (croissance interne de +7%) qui résulte notamment du dynamisme de Martell en Chine, des marques locales en Inde et des bonnes performances en Australie, en Afrique du Sud et au Moyen-Orient.

- Progression spectaculaire de +51% de la région Amériques, liée à l’intégration d’Absolut et à l’effet devises favorable. L’activité aux Etats-Unis a été pénalisée par le déstockage de la distribution et par la baisse de la consommation dans le CHR. L’Amérique Latine et le Canada enregistrent en revanche une excellente année.

- Progression de 1% en Europe qui reflète une situation difficile en Europe de l’Ouest et une bonne performance en Europe de l’Est. Toutefois, cette dernière a connu un fort renversement de tendance à partir du second semestre et un effet devises défavorable lié à la dévalorisation du rouble.

- Remarquable progression de +19% en France, liée aux performances commerciales de Ballantine’s, Mumm et Clan Campbell, mais aussi à la forte hausse de la marge opérationnelle, grâce à la réduction des coûts et à un effet devises positif sur le prix de revient des whiskies écossais (baisse de la livre sterling).

L’évolution des devises est défavorable au niveau du chiffre d’affaires, mais favorable au niveau du résultat, principalement du fait de la baisse des cours des devises de deux de nos principaux pays de production : livre sterling et dollar australien. Sur l’ensemble de l’exercice 2008/09, l’effet devises sur le résultat opérationnel courant s’établit à +67 M€.
 
L’intégration des activités de Vin&Sprit a généré sur onze mois et sept jours  +272 M€ au niveau du résultat opérationnel courant de l’exercice 2008/09 contribuant ainsi fortement à la croissance du Groupe.

 

Résultat net courant

Le résultat financier courant est une charge de (619) M€ : (581) M€ correspondent aux frais financiers payés sur la dette auxquels s’ajoutent (15) M€ liés aux frais de structuration du financement, soit un coût moyen de la dette d’environ 4,8%, et (23) M€ à d’autres charges financières.
L’impôt sur les éléments courants est une charge de (204) M€, soit un taux de 16,6% en ligne avec nos anticipations. Enfin, la part des minoritaires et divers s’établit à (13) M€.

Au total, le résultat net courant part du Groupe atteint 1 010 M€, soit une progression de +13% par rapport à l’exercice 2007/08.

 

Résultat net

Les autres produits et charges opérationnels s’établissent à (89) M€ avec des plus values nettes sur cessions de + 225 M€, principalement liées à la vente de Wild Turkey, des dépréciations d’actifs incorporels de (146) M€, essentiellement relatives aux marques de vins espagnols et des charges liées à l’intégration de Vin&Sprit, dont (48) M€ dus aux sorties anticipées des contrats de distribution et (117) M€ relatifs aux coûts d’acquisition et d’intégration. Les éléments financiers non courants constituent une charge de (71) M€ et sont notamment liés à des effets de change, à l’impact de la volatilité sur la valeur temps des couvertures de taux d’intérêts et à l’amortissement accéléré de commissions.
Enfin, l’impôt non courant est un produit de + 96 M€, principalement lié à la déduction des charges non courantes et à l’impact favorable des évolutions des taux des devises (pertes de changes déductibles).

En conséquence, le résultat net part du Groupe atteint  945 M€, en progression de +13% par rapport à l’exercice 2007/08.

 

Endettement et coût de la dette

La dette nette au 30 juin 2009 s’établit à 10 888 M€. Sur l’exercice, l’évolution de la dette a été principalement impactée par :

● L’acquisition de Vin&Sprit et la sortie des contrats de distribution Maxxium et Future Brands
● L’effet de la hausse du dollar (€/$= 1,41 au 30 juin 2009 contre 1,58 au 30 juin 2008)
● La forte génération de free cash flow courant sur l’exercice, 1 275 M€, dont 351 M€ liés à la mise en place de programmes d’affacturage de créances commerciales
● L’augmentation de capital de 1 milliard d’€ réalisée le 14 mai 2009
● Le lancement réussi d’un programme de cession d’actifs
● Le paiement des dividendes relatifs à l’exercice 2007/08

Notons par ailleurs que le Groupe a lancé avec succès un emprunt obligataire de 800 M€, finalisé le 15 juin 2009.

Le Groupe confirme que sa priorité reste aujourd’hui son désendettement, avec la poursuite du programme de cession d’actifs de 1 milliard d’euros (700 M€ réalisés à ce jour, incluant la vente de Tia Maria pour 125 M€ intervenue au mois de juillet 2009), et la génération d’un free cash flow courant cumulé de l’ordre de 3 milliards d’€ sur les 3 années de 2008/09 à 2010/11.

Le coût moyen de la dette s’est établi à 4,8% sur l’ensemble de l’exercice 2008/09 et l’objectif est de le réduire à un niveau proche de 4,5% sur l’exercice 2009/10.

 

Dividende : 0,50 € / action – Distribution actions gratuites

Conformément à la communication du 8 avril 2009, annonçant l’augmentation de capital de 1 milliard d’€, le Conseil proposera à l’Assemblée Générale du 2 novembre 2009, le versement d’un dividende de 0,50 €/action au titre de l’exercice 2008/09 et la distribution d’une action gratuite pour 50 dans le cadre d’une augmentation de capital par incorporation de réserve d’ici la fin de l’année civile 2009.
Le retour à la politique habituelle de distribution en numéraire d’environ 1/3 du résultat net courant est prévu dès le dividende de l’exercice 2009/10.

 

Conclusion et perspectives

L’exercice 2008/09 a de nouveau illustré la force de la stratégie de Pernod Ricard avec :

- Une bonne résistance de l’activité, qui témoigne de la force du portefeuille et du réseau commercial de Pernod Ricard

- L’intégration rapide et relutive de Vin&Sprit et d’Absolut Vodka

- Une progression remarquable des marges et des résultats en maintenant un investissement publi-promotionnel soutenu derrière les couples marque / marché stratégiques

- Un désendettement rapide et significatif

Pour 2009/10, Pernod Ricard anticipe un environnement économique général encore difficile, avec une stagnation globale du secteur des Vins & Spiritueux et des situations contrastées selon les pays et catégories. La base de comparaison du premier semestre, et en particulier celle du premier trimestre seront défavorables, compte tenu des très bonnes performances enregistrées au premier semestre de l’exercice 2008/09. En revanche, la base de comparaison du second semestre 2009/10 sera favorable, car le second semestre 2008/09 a été pénalisé par l’impact de la crise et par un fort phénomène de déstockage.
Pour Pierre Pringuet, Directeur Général du Groupe : « Malgré un environnement particulièrement difficile le Groupe a réalisé au cours de l’exercice écoulé une performance très satisfaisante : celle-ci traduit l’efficacité et la robustesse de notre stratégie, mais aussi l’engagement et la réactivité de nos équipes à travers le monde. Nous abordons l’année 2009/10 avec confiance et détermination : nos priorités sont claires, poursuivre le désendettement du Groupe et renforcer les investissements sur nos marques stratégiques.»

Pernod Ricard, conformément à sa pratique, communiquera ses objectifs de résultats pour l’exercice en cours lors de l’Assemblée Générale Annuelle, qui se tiendra le 2 novembre prochain.



(1) Selon méthode Crédit Syndiqué
(2)  Croissance interne

Prochain rendez-vous : Chiffre d’affaires 1ème trimestre 2009/10 – jeudi 22 octobre 2009

Télécharger la Présentation (pdf)

Retour à toutes les news