AccueilInvestisseurs|Actualité financière|Pernod Ricard réalise sa meilleure croissance depuis 2007/08

Investisseurs

Pernod Ricard s’engage à fournir, simultanément et régulièrement, aux actionnaires et investisseurs du Groupe, présents ou futurs, toutes les informations précises et pertinentes leur permettant de mieux appréhender les performances du Groupe.

Pernod Ricard réalise sa meilleure croissance depuis 2007/08

30/08/2012

Pernod Ricard réalise sa meilleure croissance depuis 2007/08

Communiqué de presse

Télécharger le communiqué de presse

En synthèse :

En 2011/12, Pernod Ricard a réalisé sa meilleure croissance depuis 2007/08, dépassant les objectifs financiers annoncés.
  • accélération de la croissance du chiffre d’affaires à +8%(1)
  • croissance(1) du résultat opérationnel courant à +9% contre un objectif annoncé de « proche de +8%(1) »
  • amélioration significative du taux de marge opérationnelle (+75pb)
  • achèvement du refinancement de la dette et accélération du désendettement avec un ratio(2) de dette nette / EBITDA de 3,8 au 30 juin 2012 contre un objectif annoncé de « proche de 3,9 »
  • proposition d’un dividende par action de 1,58 € en hausse de +10%
Pour Pierre Pringuet, Directeur Général du Groupe :
« Au cours de l’exercice 2011/12, le groupe a signé les meilleurs taux de croissance depuis la crise de 2008, qu’il s’agisse de notre activité ou nos profits. C’est le résultat d’une stratégie claire et constante : fort investissement sur nos marques, innovation, premiumisation et expansion géographique. Cette performance découle aussi d’une organisation décentralisée unique, fondée sur la motivation des hommes et des femmes, que nous a léguée Patrick Ricard ».
Puis il ajoute :
« Malgré les incertitudes économiques, nous sommes confiants quant à la capacité du Groupe à délivrer une solide croissance également sur cette année ».


Conformément à sa pratique, Pernod Ricard communiquera ses objectifs de résultats pour l’exercice en cours lors de la communication du chiffre d’affaires de son 1er trimestre 2012/13 le 25 octobre 2012.

Le Conseil d’Administration de Pernod Ricard, réuni le 29 août 2012, a arrêté les comptes de l’exercice 2011/12, clos au 30 juin 2012.

 

 

Meilleure croissance depuis 2007/08

  • Chiffre d’affaires : 8 215 M€ (+8%(1), soit une croissance faciale de +7%)
    • Top 14 : +10%(1)
    • Marchés émergents : +17%(1) / Marchés matures : +2%(1)
  • Résultat opérationnel courant : 2 114 M€ (+9%(1), soit une croissance faciale de +11%)
  • Résultat net courant part du Groupe : 1 201 M€ (+10%)
  • Marge opérationnelle (ROC / chiffre d’affaires) : 25,7%, en progression de +75 pb
  • Ratio(2) dette nette / EBITDA : 3,8 au 30 juin 2012 vs. 4,4 au 30 juin 2011


En novembre 2007, Pernod Ricard a signé la Charte européenne de la sécurité routière, initiée par la Commission européenne. Par cette démarche, le Groupe s'engage à conduire des actions de sensibilisation et de prévention dans ses filiales européennes.

Les politiques de prévention de Pernod Ricard ne s'arrêtent cependant pas aux frontières de l'Europe. De nombreuses initiatives sont menées à travers le monde.

Chiffre d’affaires

Progression soutenue toujours tirée par les marchés émergents, les marchés matures confirmant leur croissance

Le chiffre d’affaires annuel s’élève à 8 215 M€ (hors droits et taxes), soit une progression soutenue de +7%, qui résulte :

  • d’une croissance interne de +8%, grâce (i) à la poursuite d’une très forte croissance sur les marchés émergents (+17%(1)) et (ii) aux marchés matures (+2%(1)) en croissance pour la deuxième année consécutive, 
  • d’un effet devises favorable de 51 M€, soit +1% sur l’ensemble de l’exercice, devenant positif sur le second semestre puisqu’il atteignait (99) M€ à l’issue du premier semestre,
  • et d’un effet périmètre de -1%, principalement lié à la cession de certaines activités espagnoles et néo-zélandaises en 2010/11 et canadiennes en 2011/12.   

Au 4ème trimestre 2011/12, le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 1 901 M€, en hausse de +9%, soit :

  • une croissance interne de +4%,
  • un effet devises de +6%,
  • et un effet périmètre de -1%.


Hors effets techniques (déstockage France), la croissance interne du 4ème trimestre est de +7%, en ligne avec les tendances sous-jacentes du début d’année : +8%(1) au 1er semestre et au 3ème trimestre hors effets techniques (déstockage France et nouvel an chinois).

 

Chiffre d’affaires par région : résultats tirés par (i) le fort dynamisme en Asie/Reste du Monde, (ii) la poursuite de la croissance des marques premium en Amérique et (iii) une bonne performance d’ensemble de l’Europe notamment à l’Est

  • L’Asie/Reste du Monde, en croissance de +15%(1), reste le principal moteur de la croissance du Groupe, avec notamment la Chine, l’Inde, le Vietnam, Taïwan et les marchés Travel Retail.La croissance est également très soutenue en Afrique/Moyen-Orient.
  • L’Amérique est en progression de +6%(1). Aux Etats-Unis, la croissance accélère à +5%(1) (vs +2%(1) en 2010/11), emmenée par Jameson. On y notera également l’amélioration de la performance d’Absolut au second semestre. L’activité au Brésil progresse de +13%(1), tirée par le Top 14 (+26%(1)), notamment grâce aux succès d’Absolut et des Scotch whiskies. En raison d’une réorganisation de la filiale, le Mexique affiche un recul de -12%(1).
  • L’Europe hors France enregistre une progression du chiffre d’affaires de +2%(1), avec une bipolarisation très marquée entre l’Est et l’Ouest. En Europe de l’Est, la croissance du chiffre d’affaires s’accélère notablement à +16%(1) (contre +9%(1) en 2010/11), tandis que le chiffre d’affaires de l’Europe de l’Ouest recule de -1%(1) soit une baisse comparable à celle de l’an dernier (-2%(1)) Ce recul est principalement imputable à l’Espagne (-4%(1)), à l’Italie (-13%(1)), à la Grèce (-13%(1)) et au Royaume-Uni (-4%(1)).
  • En France, le chiffre d’affaires diminue de -1%(1) en raison de la baisse de consommation des spiritueux après la hausse des droits (+14% en moyenne) au 1er janvier 2012 impactant particulièrement la catégorie anis. Malgré cette hausse, certaines marques ont affiché de bonnes performances (Absolut +13%(1), Havana Club +13%(1)) 

Chiffre d’affaires par marque : record historique pour le Top 14 (60% du Groupe), avec un effet mix-prix très favorable, tiré par Martell et les whiskies


 Les volumes du Top 14, progressent de +3% et atteignent un record historique (47,2 millions de caisses de 9l), tout comme huit des marques qui le composent : Absolut (+3%), Chivas (+7%) Jameson (+15%), Malibu (+6%), Beefeater (+6%), Martell (+10%), The Glenlivet (+15%) et Royal Salute (+20%).

En valeur(1), un effet mix-prix soutenu de +6% permet aux marques du Top 14 de progresser de +10%. Six de ces marques enregistrent une progression(1) à deux chiffres : Martell (+25%), Royal Salute (+23%), The Glenlivet (+19%), Jameson (+18%), Perrier Jouët (+14%) et Chivas (+11%). Seul Ricard est en recul à -3%(1) (la catégorie anis en France étant fortement impactée par la hausse de droits d’accises).

Les marques de vins premium prioritaires progressent en volumes de +2%. Les croissances de Campo Viejo et de Graffigna se poursuivent et Brancott Estate renoue avec la croissance. Ces bonnes performances compensent le léger recul de Jacob’s Creek. La stratégie « valeur » mise en oeuvre sur ces marques permet de générer une hausse du chiffre d’affaires de +4%(1) sur l’exercice et surtout une croissance à deux chiffres de la contribution après investissements publi-promotionnels.

La croissance(1) des 18 marques-clés locales de spiritueux s’accélère globalement à +8% en valeur. Les whiskies locaux indiens en sont les principaux contributeurs (+26%(1)). D’autres marques affichent également des croissances à deux chiffres : Passport (+22%(1)) qui accélère en profitant de l’émergence de la classe moyenne à laquelle la marque s’adresse tout particulièrement, ArArAt (+26%(1)), Olmeca (+20%(1)) et Something Special (+15%(1)). L’année demeure difficile pour Imperial et 100 Pipers.

Les marques premium(3) représentent désormais 73% du chiffre d’affaires du Groupe, en hausse de deux points par rapport à l’exercice précédent.

 

Taux de marge brute en forte amélioration et investissements publi-promotionnels concentrés sur le Top 14

La marge brute (après coûts logistiques) atteint 5 047 M€, en progression de +8%(1), avec un ratio marge brute / chiffre d’affaires qui s’améliore fortement à 61,4%en 2011/12 contre 60,3% sur l’exercice précédent (+111 pb). Ces résultats sont la conjonction :
  • d’un effet mix favorable lié à une hausse du poids du Top 14 et des qualités supérieures notamment avec Martell et Jameson,
  • de hausses tarifaires (en moyenne +3% sur le Top 14),
  • d’une bonne maîtrise des coûtants (augmentation de +2% hors effets mix),
  • d’un effet devises favorable.


Les investissements publi-promotionnels s’élèvent à (1 571) M€. Leur ratio sur chiffre d’affaires est en légère progression à 19,1% avec plus de trois quarts des investissements concentrés sur le Top 14 (présentant un ratio sur chiffres d’affaires plus élevé que la moyenne du Groupe). Ils sont orientés en priorité sur les marchés émergents (+11%(1)), tandis que les investissements en Europe de l’Ouest sont en baisse de -2%(1).

Renforcement des frais de structure ciblant les marchés émergents, l’innovation et les talents

Les frais de structure sont en hausse de +8%(1) à (1 362) M€, soit une progression en ligne avec celle du chiffre d’affaires. Ces moyens sont alloués en fonction du potentiel de croissance des marchés. Les marchés émergents concentrent 63% de l’augmentation(1), avec notamment des renforcements du réseau commercial : Chine (+31%(1)), Inde (+27%(1)), Russie (+22%(1)). Deux filiales ont été créées au Vietnam et en Afrique sub-saharienne. Dans le même temps, les frais de structure en Europe de l’Ouest croissent moins vite que l’inflation. Au total, le ratio frais de structure / chiffre d’affaires s’établit à 16,6% sur l’exercice 2011/12, avec une augmentation des investissements dédiés aux projets stratégiques, en particulier à l’innovation (Breakthrough Innovation Group) et à la gestion des talents (Pernod Ricard University).

 

Résultat opérationnel courant : croissance au-dessus des objectifs, tirée par les marchés émergents

Le résultat opérationnel courantaugmente de +9%(1) à 2 114 M€, avec une forte progression de la marge opérationnelle (+75 pb) grâce à :
  • la premiumisation qui améliore la marge brute,
  • des investissements publi-promotionnels toujours soutenus et concentrés sur les marques les plus rentables (Top 14),
  • des renforcements de structure ciblés sur les équipes commerciales des marchés les plus porteurs (BRIC notamment),
  • un effet devise favorable.
Sur l’ensemble de l’exercice 2011/12, l’effet devises sur le résultat opérationnel courant s’établit à +47 M€. Il est principalement lié au renforcement du CNY et de l’USD. L’effet périmètre est très limité à (15) M€.

A l’exception de la France (impactée par la hausse des droits), toutes les régions contribuent à la croissance internedu résultat opérationnel courant, avec en particulier :
  • le dynamisme toujours très fort de l’Asie,
  • une accélération aux Etats-Unis et en Europe de l’Est.
Les pays émergents constituent un relais de croissance de plus en plus porteur pour le Groupe et renforcent encore leur poids : 39% sur l’exercice 2011/12.

Résultat net courant : croissance à deux chiffres

Le résultat financiercourant est une charge de (509) M€ contre (469) M€ l’an dernier. Pernod Ricard a délivré en 2011/12 tous les objectifs de sa stratégie de financement (notamment le refinancement de la dette) avec comme conséquence une hausse maîtrisée du coût moyen de la dette à 5,1% pour l’exercice contre 4,7% en 2010/11. Ce coût reste néanmoins inférieur à l’objectif de 5,3% et la nouvelle structure de la dette présente de nombreux avantages :

  • la part obligataire est accrue à plus de 80% ce qui constitue un bon équilibre entre financements bancaires et obligataires dans le contexte actuel, la part à taux fixe (incluant les « collars ») est accrue à plus de 90% pour sécuriser des taux long terme attractifs, 
  • la maturité est allongée à plus de 7 ans avec des échéances de remboursement repoussées et mieux étalées, 
  • le Groupe dispose d’une ligne non tirée de 1,5 milliard d’euros qui augmente sa flexibilité financière, 
  • la structuration de la dette par devise (USD : 57%) permet de maintenir la couverture de change naturelle avec une dette par devise adaptée au cash flow par devise.

L’impôt sur les éléments courants est une charge de (377) M€, soit un taux effectif à 23,5%, cohérent avec l’objectif indiqué en février 2012.

Au total, le résultat net courant part du Groupe atteint 1 201 M€, en progression de +10% par rapport à l’exercice précédent, largement tiré par la performance opérationnelle.

Le résultat net courant dilué par action augmente également à 4,53 € (+10%, en ligne avec la progression du résultat net courant part du Groupe).

 

 

Résultat net : en progression de +10% pour la deuxième année consécutive

Les autres produits et charges opérationnels non courants s’établissent à (145) M€ et sont composés de charges de restructuration pour (30) M€ et d’autres produits et charges non courants pour (115) M€. Ces derniers correspondent essentiellement à des dépréciations d’actifs et des litiges & risques.

Les éléments financiers non courants constituent une charge de (39) M€ et sont notamment constitués de pertes de change.

Enfin, l’impôt non courant est un produit net de 130 M€. Il correspond à des éléments techniques principalement liés à l’actualisation des taux d’impôts différés.

En conséquence, le résultat net part du Groupe atteint 1 146 M€, en progression de +10% pour la deuxième année consécutive.


Accélération du désendettement

La dette nette s’établit à 9 363 M€ au 30 juin 2012. Hors écarts de conversion la dette nette en 2011/12 diminue de (385) M€, soit une baisse comparable à celle de l’an dernier, hors acquisitions et cessions.

Le ratio(2) dette nette / EBITDA (taux moyen EUR/USD à 1,34) est une nouvelle fois en forte baisse à 3,8 au 30 juin 2012 contre 4,4 au 30 juin 2011. Ayant franchi à la baisse le seuil de 4,0, ce ratio déclenchera une diminution de la marge du crédit syndiqué de 15 pb en 2012/13.
Dividende : progression à deux chiffres à 1,58 €/action

Un dividende de 1,58 €/action au titre de l’exercice 2011/12 (en hausse de +10% par rapport à celui de l’exercice précédent) sera soumis au vote de l’Assemblée Générale du 9 novembre 2012. Ce dividende
correspond à la politique habituelle de distribution en numéraire d’environ 1/3 du résultat net courant (taux de distribution : 35%).
Compte tenu de l’acompte de 0,72 €/action versé le 5 juillet 2012, le solde à verser s’élève à 0,86 €/action.
Sous réserve de vote positif à l’Assemblée Générale, ce solde sera détaché le 14 novembre 2012 et mis en paiement le 19 novembre 2012.
 

 

Conclusion : la meilleure croissance depuis 2007/08

En 2011/12, Pernod Ricard a dépassé ses objectifs, notamment en :

  • accélérant sa croissance(1) tant en chiffre d’affaires qu’en résultat opérationnel,  
  • améliorant significativement son taux de marge opérationnelle,  
  • achevant le refinancement de sa dette et poursuivant son désendettement rapide.

Pernod Ricard délivre ainsi sa meilleure croissance depuis 2007/08.

Le scénario macro-économique pour 2012/13 tient compte :

  • d’un ralentissement du rythme de la croissance mondiale tant dans les pays matures que dans les marchés émergents,
  • d’une situation restant difficile en Europe de l’Ouest (impact des mesures de la réduction des déficits publics),
  • de la poursuite d’une bonne croissance aux Etats-Unis et d’une croissance soutenue dans les marchés émergents.
Dans ce contexte, Pernod Ricard est confiant sur sa capacité à continuer sa croissance grâce à :

  • la force de son portefeuille de marques premium, la qualité de son réseau et ses positions de leader sur les marchés émergents les plus porteurs,
  • sa politique d’investissement soutenu derrière les marques et marchés-clés, nourrie par un flux croissant d’innovation et la conquête de nouveaux marchés et occasions de consommation.
Conformément à sa pratique, Pernod Ricard communiquera ses objectifs de résultats pour l’exercice en cours lors de la communication du chiffre d’affaires du 1er trimestre 2012/13 le 25 octobre 2012.


(1) Croissance interne
(2) Dette nette calculée en convertissant la part non libellée en EUR aux taux moyens de l’exercice
(3) Prix de vente consommateur > 17 USD pour le spiritueux et > 5 USD pour le vin

 

Retour à toutes les news